COUPLE : « Il fait son alya et je reste en France… »

En décembre 2016, Julia* et Rudy* se rencontrent lors d’un voyage organisé en Israël. Alors que le couple se forme, Rudy annonce dès le départ à Julia qu’il va entamer un programme Massa quelques mois plus tard en vu de son alya (départ en Israël)… Alors comment ont-ils géré cette relation à distance ? 9 mois après leur rencontre, ils racontent.


Comment vous êtes-vous rencontrés ?

J : Nous étions tous les deux inscrits à Taglit pour le séjour du 19 au 29 décembre 2016. Une semaine avant le départ, un groupe What’s App a été formé par les organisateurs et c’est comme ça que l’on a commencé à se parler. J’ai vu sa photo et j’ai dit à ma copine : “C’est l’homme de ma vie! » C’est moi qui lui ai envoyé les premiers messages. On s’est alors parlés jour et nuit. Il m’avait annoncé son alya avant Taglit.

Le jour du vol, j’étais angoissée de le voir et je me suis cachée. J’étais timide, mais on a eu de grosses rigolades pendant le trajet. Par texto, je lui ai demandé de se mettre à côté de moi et on ne s’est pas quittés du voyage.

R : Sur le groupe What’s App, une semaine avant Taglit et après par messages privés. C’était dur de se retrouver à l’aéroport. Moi j’étais trop dégoûté car elle ne parlait pas du tout en vrai alors qu’on se parlait tout le temps par messages ! Puis on s’est mis à côté dans l’avion. Pendant le séjour, on ne pensait pas du tout à mon futur alya donc tout s’est passé naturellement.

Comment s’est passé le retour ensemble à Paris ?

J : Nickel, on était un petit couple naturel à Paris mais on avait déjà eu des moments de doutes pendant le voyage. Dès qu’on parlait de son départ, on avait des moments de friction. Il faut dire qu’au milieu du séjour Taglit, il m’a annoncé qu’on n’allait pas rester ensemble ! De mon côté, je n’ai pas voulu lui mettre l’ultimatum : “’C’est moi ou l’alya.”

R : Je suis allée la voir dès le lendemain de notre retour !

 

Comment s’est passée l’annonce du départ de Rudy ?

J : Il me l’a dit très rapidement sur What’s App. Je ne me suis pas découragée et je ne me suis pas posée de questions. Je pensais que cet amour de vacances ne durerait que pendant Taglit.

R : Perso, je n’étais pas chaud pour avoir une copine. Je me suis dit : “Si ça se fait tant mieux et si ça ne se fait pas ce sera sans regret.”  Pendant le voyage, j’ai été rassuré par le fait qu’elle ne veuille pas s’engager.

 

Quelle a été la réaction de Julia ?

J : Lorsqu’il m’a dit qu’il voulait faire son alya en mars, j’étais contente pour lui. J’ai mis du temps à m’attacher donc ça allait. En décembre pendant Taglit, le mois de mars me paraissait loin, pour moi c’était juste un amour de vacances.

 

Est-ce que votre relation a été remise en cause dès le début à cause de cette annonce?

J : Oui, après Taglit. Il a fallu accepter le fait qu’on ait une relation à distance.

R : Au mois de février, on s’est posés des questions. J’étais beaucoup plus réticent, je trouvais cette situation pas facile. J’allais découvrir un nouveau pays et je voulais que du kiff, je me suis dit que ça allait être une prise de tête parce qu’elle m’attendrait en France. Pour moi ça allait créer des conflits et surtout de grosses contraintes.

 

Pourquoi avoir tout de même voulu continuer ?

J : Moi je voulais continuer. Je lui ai dit: “Si tu décides de me quitter, tu n’entendras plus jamais parler de moi.”

R : L’entourage pose des questions, mes proches appréciaient beaucoup Julia et nous disait qu’on devrait essayer. Après réflexion et comme on était très attachés, on a pris la décision de tenter. J’avoue que j’avais aussi peur de rompre, c’est toujours difficile !

 

mm
Aurore Meslati

Fondatrice d'Isha Mag et jeune mariée, je vis de ma passion en écrivant chaque jour pour ce site fondé pendant l'été 2017. Ma devise : le meilleur est à venir...

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié