Rafi raconte : L’intégration par Massa

Depuis le lycée, Raphaël Souied -dit Rafi- poursuit le rêve de faire son alya. Le 5 mars 2017, il a fait le grand saut grâce à l’Agence Juive. De retour en France, il raconte son aventure et donne ses conseils pour réussir son grand départ en Israël. N’hésitez pas à le contacter en posant toutes vos questions en bas de l’article dans les commentaires ! Retrouvez l’épisode 1 de Rafi raconte, ici !


Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de Massa (non ce n’est pas le dernier restaurant asiatique à la mode sur Jéru) ! Massa, c’est un véritable passeport à moindre coût pour l’intégration en Israël lorsque l’on a moins de 30 ans. Je m’explique.

En mai 2005, l’ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon z”l a dit « J’ai un rêve, que chaque Juif visite Jérusalem au moins une fois dans sa vie. Je suis convaincu que nous devons nous fixer comme objectif que chaque jeune vive ici au moins un an au cours de sa vie. ».
De ce rêve, découlera l’initiative Massa. Un grand projet israélien à l’échelle internationale qui aura pour but que n’importe quel jeune juif ou lié au judaïsme par le sang, puisse venir vivre en tant que touriste, de 4 à 10 mois en Israël, dans la ville de son choix, dans le programme de son choix et avec le but de son choix.
Parce que Massa qui veut dire  « voyage/parcours » en hébreu porte bien son nom et n’est pas un programme « déjà tout fait ». Il offre la possibilité à chaque jeune de venir en Israël avec son propre but, de le développer sur place et de se développer soi-même en étant immergé dans la société israélienne !

Que vous soyez un(e) pur(e) scientifique, un(e) créatif(ve) ou que vous rêviez de faire des études de Torah, Massa est là pour vous proposer le programme qui vous ira comme un gant !
Alors oui, comme dans la vie tout a un coût, vous devrez éventuellement participer avec vos propres deniers à cette incroyable expérience. Mais comme en Israël, tout peut cacher une  surprise, sachez qu’il y a une bourse (fixe depuis un petit moment), qui vous permettra de très largement diminuer la note ! Elle est pas belle la vie ?

Pour ma part, je suis un jeune made in Massa. Lorsque j’ai décidé de partir en Israël, il était hors de question que mes parents me laissent partir à l’aveugle et ils avaient raison ! J’ai découvert, à la suite d’une réunion sur l’Alyah à l’Agence juive, un petit livret dans lequel se trouvait un choix énorme de programmes qui me permettaient de vivre mon rêve d’être en Israël.

Concert en l’honneur de Jérusalem devant le Kotel

J’ai fini par me décider pour un programme (Stagerim) de 5 mois de stage en entreprise (renouvelable) à Jérusalem, en Web Marketing. J’ai eu, grâce à cette expérience, la possibilité de me réveiller le matin dans le campus de l’Agence juive à coté de juifs Français, Américains, Britanniques, Sud-Américains, Sud-Africains, Russes, Espagnols et tant d’autres, de prendre mon bus (remboursé par l’employeur) comme n’importe quel Israélien pour aller au travail, de manger à la cafétéria (remboursée par l’employeur), comme n’importe quel Israélien et de rentrer à la maison le soir, pour le repas du campus compris dans le programme ! Et quand venait vendredi, je faisait mes courses pour la semaine….. comme n’importe quel Israélien !

Chaque programme Massa comporte également (et obligatoirement) de l’oulpan (cours d’hébreu) et des tyoulim (excursions). J’ai eu la chance d’apprendre la langue d’une manière à pouvoir m’en servir très tôt (et pourtant que je ne savais rien dire en arrivant) !
Et quand vint les tyoulim j’ai pu découvrir la vitalité, la sensibilité et la détermination de la société israélienne, ainsi que la beauté des paysages de ce petit bout de terre.

Durant ce programme j’ai pu découvrir à quel point ce pays était beau sous toutes ses formes ! J’ai pleuré d’émotion lors de Yom Hashoah et Yom Hazikaron. J’ai dansé et chanté (et mangé) comme jamais lors de Yom Haatsmaout et Yom Yérushalaim j’ai rencontré des tas de gens et je me suis fait des amis incroyables ! Ces cinq mois sont passés comme un mois et pourtant j’ai vécu comme un an.


Je me suis approprié un pays que je ne connaissais pas. Et lorsqu’un matin, j’ai réussi à indiquer le bon bus à une Israélienne malvoyante et m’être assuré qu’elle descendait à la bonne station, je me suis dit que même si j’était encore touriste sur mes papiers, j’avais  quand même réussi à démarrer cette intégration. Parce que pour cette dame, je n’avais pas le « look français », j’était juste ce petit jeune qui allait l’aider à se déplacer à Jérusalem.


To be continued…

mm
Raphaël Souied

Croisement entre Chandler Bing et Serge Benhamou. Débarque prochainement en Terre Sainte en qualité de "petit frère qui a fait son Alyah" pour Isha Mag ! Ma devise: Le Shekel.

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié