HOLIDAYS : 7 films cultes à voir absolument !

Notre chroniqueur Elia Sarfati vous fait part de ses 7 films cultes à voir absolument durant ces vacances d’hiver… Sortez les pop corn ! 

Il est de ces chefs d’œuvre, qui ressuscitent une âme, l’inspirent et l’accompagnent à jamais. Voici quelques uns, à la fascination intacte, qui vous apporteront l’ébahissement espéré.

Le Parrain

 

Le Parrain, Copyright D.R.

D’une introduction ténébreuse et intime,  les premiers mots de cette fresque digne d’un opéra, sont dédiés à la foi en l’Amérique. D’une photo sublime, le film suit une construction narrative haletante et délicieusement mise en scène par la maestria de Coppola.  Son succès, est dû aussi aux performances cultes de  Marlon Brando, mais aussi celle de cet acteur inconnu à l’époque, répondant au nom d’Al Pacino.

Car si le Parrain confère au film son essence, c’est à Michael Corleone que revient l’honneur d’incarner le personnage principal. Son père est là pour nous faire part des discussions privées avec l’ordre de la mafia et on prend un plaisir coupable d’assister d’aussi près aux secrets de leur règne.

 

Constamment en désir d’obtenir l’affection de son cadet, le Don lui voulait un avenir plus glorieux, une vie aux mains propres.
Des mains qui ne trembleront pas lors de l’initiative de Michael à surveiller son père à  l’hôpital, feignant de tenir une arme sous son manteau.
Des mains qui ne trembleront pas lorsqu’il effectua son premier et double assassinat lors de la scène la plus magistrale du film selon son auteur.
On se souviendra du regard d’Al Pacino si expressif, sous fond de train qui siffle.
Le gendre idéal assoit son règne de main de maître en éliminant son frère, lors de l’hallucinante scène où Michael le prend dans ses bras  devant le corps inerte de leur mère.

 

Comment ne pas s’émerveiller devant l’ascension du Parrain sous les traits du jeune mais déjà phénoménal De Niro, escaladant les toits lors du nouvel an, préparant son premier meurtre pour s’ériger comme nouveau roi et s’isolant de ses proches et perdant progressivement son humanité.

 

Un film prodigieux du début à la fin, rempli de moments d’anthologie en passant par sa si célèbre musique, ont fait du Parrain une des plus belles oeuvres  aux allures bibliques que le cinéma ait et ne connaîtra jamais . Une œuvre qui ne se refuse pas.

mm
Elia Sarfati

Jeune garçon passionné de sentiments, de lettres et de psychologie, je trouve mes vecteurs dans le cinéma, la littérature, les mangas et évidemment la Torah. Ma devise ? Quoique vous fassiez, écrasez l'infâme et aimez qui vous aime.

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié